19 rue Ramey, 75018 Paris
Indisponible aujourd'hui
06 49 58 76 51
19 rue Ramey, 75018 Paris
 
Indisponible aujourd'hui
 
06 49 58 76 51

Phobie et anxiété sociale

 

Dans des situations où l'on se retrouve dans un groupe, on est parfois confronté à la peur intense d'être jugé par le regard d'autrui. "Est-ce que je ne vais pas passer pour quelqu'un de stupide?" ," J'ai l'impression qu'il ou elle m'a regardé bizarrement comme si j'avais dit quelque chose d'étrange". De telles situations quand elle se présentent peuvent s'accompagner d'émotions inconfortables tel que la honte et parfois un sentiment de dévalorisation de soi.

 

Dans tous les cas, l'anxiété peut être invalidante et interférer avec les activités quotidiennes :  sortir avec des amis, aller dans un lieu fréquenté,  faire ses courses,  rencontrer de nouvelles personnes ou passer des appels téléphoniques peuvent devenir une source d'angoisse. En situation sociale, cette anxiété peut s'accompagner de symptômes physiologiques, tel que rougissement du visage, tremblements, tachycardie ou accélération de la respiration par exemple. De plus, les faits et gestes de nos interlocuteurs peuvent donner lieu à des interprétations négatives de notre part : "il ou elle s'est tu, a ri, c'est certainement qu'il m'a trouvé bizarre ou inadapté". Au final, la tentation peut être grande de décider d'éviter de nouveau de se confronter à des situations potentiellement embarrassantes et de sortir moins souvent et de se replier sur soi-même.  Une telle situation est d'autant plus dommageable que ces stratégies d'évitement peuvent rendre encore plus difficile les prochaines expositions aux situations sociales redoutées.

 

Causes et mécanismes de la phobie et anxiété sociale

 

Comme dans de nombreux troubles anxieux,  les causes de la phobie sociale ou anxiété sociale sont multiples et tiennent à la fois de facteurs biologiques et de facteurs environnementaux.   Ainsi des éléments liés au trait de personnalité,  des antécédents familiaux d'anxiété ou de phobie sociale,  des influences éducatives, la manière dont on communique et interagit avec les autres au sein de sa famille d'origine peuvent participer à l'installation et au maintien de l'anxiété sociale.

 

Traitement et prise en charge

 

De nombreuses approches thérapeutiques sont aujourd'hui disponibles pour permettre de prendre en charge efficacement l'anxiété ou la phobie sociale. La thérapie comportementale et cognitive (TCC) est particulièrement utile dans la prise en charge du trouble. La TCC permet un travail sur les différents aspects de l’anxiété sociale (comportemental, cognitif, émotionnel), un apprentissage des compétences sociales, et un entraînement aux techniques d’affirmation, et un travail sur le renforcement d’une meilleure estime de soi.  

 

Un travail important selon cette approche comportementale cognitive tient à l'identification des pensées et croyances négatives que l'on entretient envers soi-même et envers les autres, sans en être toujours conscient et qui peuvent nous handicaper en situation sociale.  Il est ensuite possible de générer des manières alternatives d'envisager la situation. Pensées négatives d'origine et pensées alternatives nouvellement générées peuvent ensuite être comparées et exposées à l'épreuve des faits pour décider lesquelles on décide de maintenir et celles dont on peux se libérer. Dans l'exemple cité plus tôt,  "il a ri, c'est certainement qu'il m'a trouvé bizarre" peut-être  mis en perspective avec d'autres possibilités, tel que "il'a ri, c'est peut-être parce qu'il était de bon humeur". On comprend bien que l'enjeu n'est pas simplement de savoir laquelle des deux propositions se rapproche le plus de la vérité, mais également de se demander laquelle des deux va être la plus aidante dans la situation donnée.

 

D'autres approches complémentaires peuvent être proposées : les thérapies de pleine conscience (MBCT, EMDR)  amènent l'individu à adopter une position d'observateur de ses propres pensées, émotions et sensations, sans jugement, pour ne pas se laisser submerger par elles, mais au contraire les accepter et les accueillir avec bienveillance. Une récente étude scientifique (Sala et al., 2017) a mise en évidence une réduction de la symptomatologie anxieuse et une plus grande affirmation de soi chez des patients phobiques sociaux après participation à un protocole basé sur la pleine conscience (MBCT). On peut ainsi se demander si le fait d'adopter une posture d'observation bienveillante envers nous même ne nous conduirait pas naturellement à être plus à l'aise en société. Nous libérer de notre propre jugement envers nous même peut constituer une porte d'entrée à un soulagement et à une communication plus libérée avec les autres. 

 

 

En savoir plus

 

http://www.anxietesociale.org/

Résultats préliminaires d’une thérapie cognitive basée sur la pleine conscience (MBCT) appliquée à un groupe de patients phobiques sociaux

Ecrivez votre article ici...


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.